Végétaux

Les végétaux, des êtres vivants à part entière

Le terme végétal fait référence à l'ensemble des êtres vivants composés de racines, de tiges, de feuilles et parfois de fleurs, dont les cellules ont des parois constituées de cellulose et de protéines.

Le règne végétal est un assemblage polyphylétique d'organismes photosynthétiques aquatiques ou terrestres, parmi lesquels on retrouve les arbres, les herbes, les mousses, les fougères, les algues et l'ensemble des micro-organismes qui composent le phytoplancton.

Avec une grande diversité et plus de 350 000 espèces recensées par les botanistes, les végétaux recouvrent la quasi-totalité des surfaces émergées de notre planète et seule la banquise, les déserts et les montagnes de très haute altitude sont dépourvus de parure végétale.

Situées à la base de la chaîne alimentaire et principale source de production de notre oxygène, les plantes garantissent l'existence de la vie sur terre.

Contrairement aux autres catégories d'êtres vivants, les végétaux ne peuvent pas se déplacer car ils sont dénués de fonctions motrices. Ce particularisme les rend complètement dépendants, notamment dans leur cycle de reproduction, d'éléments ou d'intervenants extérieurs comme l'action du vent et de la pluie, les rejets des herbivores et des oiseaux, mais enfin et surtout de l'irremplaçable implication d'une multitude d'insectes pollinisateurs parmi lesquels se trouvent les abeilles, les bourdons, les papillons et certaines mouches.

C'est en transportant involontairement le pollen de l'une à l'autre que ces insectes bénéfiques assurent la fécondation des fleurs et la production des graines. Les insectes participent ainsi au processus de fécondation de plus de 80% des végétaux et un tiers de la production alimentaire mondiale dépend directement de la faune pollinisatrice, d'où leur fonction vitale pour la survie de l'humanité.

Les conséquences des activités humaines sur les végétaux

Cependant l'impact des activités humaines sur la nature n'a eu de cesse de faire baisser les populations d'insectes pollinisateurs. L'urbanisation, les cultures intensives, notamment la monoculture qui entraine l'apparition de "déserts verts", la raréfaction des terrains en friche, et surtout l'emploi totalement irraisonné de pesticides et d'insecticides chimiques, ont provoqué ce déclin aux conséquences inquiétantes.

Les solutions de biocontrôle développées par le groupe M2i et proposées par la société Bioassays, garantissent, en agissant de façon strictement ciblée sur les seuls insectes ravageurs, la survie des insectes pollinisateurs.